WILLIAM ACIN

 

fil d'ariane : accueil >> realisation

 

ange-oliver-in situ st loubes il faut vivre acin

Ange oliver 2013 installation in sitù, prieuré de St Loubès, Gironde 5/5m

 

J’aime m’imaginer être au bout du continent Européen comme un naufragé, avec l’idée de robinsonnade. J’aime particulièrement, les zones suburbaines, les landscapes  (comme la forêt des Landes en Gironde ou  « La dune du Pyla » sur le Bassin d’Arcachon, côte Atlantique par exemple) avec l’idée de repérer dans un territoire un ou plusieurs lieux aménagés situés « à la limite de »; (station service désaffectée en bord de route, blockhaus en bord de plage, gare frontalière désaffectée, etc.), devenus avec l’usure du temps « presque » naturels. Au cours de mes errances dans ces territoires je collecte différents matériaux modestes (enjoliveurs de voiture, morceaux de bois, etc.) puis je les combine avec des matières insolites (papier crépon, couverture de survie, moquette de salons etc.), et je les transforme. Ces réalisations donnent lieu ensuite à des mises en scène in situ et à un traitement photo et vidéo.

À partir de là, je mets en scène avec l’idée du langage vidéo ou photographique des objets et des gestes selon deux protocoles distincts. Les objets sont soit rencontrés in situ  puis transformés en atelier et réinstallés sur place, soit traités directement in situ. La succession d’images (faux « sample » vidéo), assure la répétition d’un mouvement qui produit des interstices dans lesquels peut entrer le regard du spectateur. Ils révèlent alors à ce lieu, un « motif glané » qui sous un aspect machinal et sans fin, dans un  double mouvement simultanée de déterritorialisation et de reterritorialisation, peut révéler « le génie du lieu » qui l’habite. M’attachant à créer un trouble entre fiction et réalité, je constitue une matière infiniment plastique susceptible de combinaisons et je traite les images avec ironie et auto dérision. Les bandes sons, crées à partir de musiques  de cinéma de séries b américaines des années soixante dix, proposent une vision distanciée de la réalité.