WILLIAM ACIN

 

fil d'ariane : accueil >> expo >> perso

 

william acin exposition boustrophédon machine à musique bordeaux 2016

Invité du programme d'expositions et de rencontres Boustrophédon à la Machine à Musique à Bordeaux.
Lieu: La Machine à Musique: 13/15 rue du Parlement Sainte Catherine 33000 Bordeaux

Entrée Libre

Contact: Christophe Massé (06 47 63 34 75) visite et rencontre avec l'artiste présenté. Renseignements concernant la programmation.

William Acin "Placebo Domingo" œuvres récentes. Mars 2016:

"Voici mon travail artistique. Ce sont des pyrogravures sur papier. Je brûle le papier avec minutie et patience, je caresse très lentement la feuille qui au grès de sa combustion laisse apparaître ses bruns, parfois ses ombres mais surtout ses blancs par la technique de l'épargne. Ce travail est fait main. Les projets sont d'abord traités numériquement puis retrouvent la consistance de l'unique, peut être un entre deux, vers l'aura, cher à Walter Benjamin dans- L’œuvre d'art à l'époque de sa reproductibilité technique- Je vise parfois l'inquiétante étrangeté, je cherche cet interstice dans lequel nous pouvons faire un pas de côté, lorgner, voir autrement. Le plus important entre deux lignes noires c'est le blanc. Je m'excuse auprès des professeurs de vidéo que j'ai eu aux Beaux Arts de Bordeaux,:)." W.ACIN.

clé de biche au sol bordeaux william acin présenté à La Machine à Musique.

 

PLACEBO DOMINGO

Placebo Domingo pantodémimeur de fond / Catherine Pomparat:

Quand il arrive vent debout dans le salon de musique, Placebo Domingo n’est pas là. Ce n’est pas grave, pense Boustrophédon soulagé d’accoster.
Il reprend son souffle et se sent prêt à tout larguer.
Il se rend compte qu’il ne sait pas par quoi commencer.
Prises dans un siphon, les pyrogravures sur papier encadrées et sous verre ascensionnent les murs en rangs serrés. Elles embrasent des lettres jusqu’au plafond.

− Au secours ! le feu sacré brûle le papier comme au Salon des refusés ! s’écrit Boustrophédon.
− Criez on est pas là, lui répond un énoncé formaté hilarité.
− Épargne-moi. Tu me vois, moi, dans mon émoi, éteindre ta voix ? Je brûle donc je suis brûlé.
− Born to be enbedded, geint une poitrine augmentée de tétracaine.

 C’est Placebo Domingo. Il revient anesthésié du dojo. Il y cherche sa voie au milieu d’airs disparates ou disparus ou qui n’en ont plus pour longtemps à faire le guide-chant des airs du temps.
Une clef de biche au sol joue les bémols. Son art de faire c’est la manière pieds dans le plat ou le « Labii reatum » (cf. la note) dans le meilleur des cas.

− Toutes les meilleures fins ont une chose. Faut changer de comédication dit l’hymne de Saint Jean.
− On connaît la chanson : faire sortir le jour faire entrer la nuit, parler dans le sable marcher dans ma tête, absoudre l’absurde et pendant ce temps very boat people ne restent que les dents.
− Moi je montre les dents en chantant Nessum Dorma à la manière de Gallia Placidia dit Placebo Domingo.
− Arrache-toi une oreille plutôt, répond d’un bond Boustrophédon qui pense au grand blond qui vient d’incinérer sa partition sur le grill de Saint Laurent.

Avec les tons de crémation de ces énoncés vagabonds, on croit que c’est la technique qui produit l’effet mérite mais c’est la parole sur charbons ardents. On croit que c’est compliqué d’ainsi parler mais ce n’est pas plus difficile que l’ennui Lexomille : Ici et Las.
Sans tomber dans l’effet secondaire invalidant, on doit se débrouiller avec les mots gravés. Ne pas brûler ses dernières cartouches en rouspétant : car nous autres, artistes, nous brûlons extravagamment.

− Le sens ça n’en finit jamais de dire, soupire d’approbation Boustrophédon.
− Dans l’impossibilité d’être semblable à ma propre image, je fais le mage et je cherche ma vérité dans des fragments de phrases brûlées, dit le copain de Sémélé.
− Avec la portée mimétique de ta pratique, la portée musicale est bancale, tes mots claudiquent : botte debout, botte couchée, piaille le traîne-charrue tête par dessus cul.
− Je fais l’ironiste pas triste en chantant l’opéra avec ma voix sans voie.

Placidia et Placido forment le couple très beau des parents de Placebo.
Il fait comme SI.
Il ne fait pas comme DO.
La gamme poïetique des anges musiciens c’est son chemin.
DO RE MI FA SOL LA SI DO
c’est son matériau composite,
c’est sa matière verbale banale,
c’est sa musique sans encaustique.
« Quand les anges apparaissent c’est foutu », ronchonne un homme qui a aperçu l’exposition depuis la rue.

« Ça sent le brûlé ! » se contente de dire un pompier à la retraite qui est passé quelque peu après.
L’homophonie, la similarité consonnante, les inversions de sons, les résonances symétriques et/ou excentriques, la matière textuelle traitée à la truelle… métamorphosent les mots pyrogravés sur le papier en cendres d’images de pensée.

Les cendres se posent sur Boustrophédon. Comme son oreille n’a pas appris à entendre ce nom, la langue morte du langage brûlé ne peut pas le pénétrer. C’est à la vie vive du papier que le poète est sensible. Son oreille perçoit les signes vivants d’un opéra bouffon qui tourne en rond.

Placebo Domingo pense alors : « J’ai bien chanté ! J’ai transformé le vent en murmure et le seuil du salon en embrasure pleine de dents. J’efface mes traces et mes grimaces. Ma vie est lasse et usée à force d’illisibilité. Mon invisibilité passagère est ma mégère non-apprivoisée. »

douleur, douceur, sur le fond pyrogravé les mots jumeaux font placebo.
Le mot douleur n’en finira jamais de tirer un trait sur le passé.
La terre de Sienne brûlée est ensemencée de pointillés.
À force de se consumer la lettre l a presque disparu en entier.
Elle (l) est devenue un c.
Le mot douceur résiste grâce au feu sacré.
Un esprit innocent et un cœur inspiré est passé.

La note :Note sur les notes.
Le nom des notes de la gamme vient de la première syllabe de chaque vers de
l’ Hymne à Saint Jean Baptiste :UT queant laxis (changé en do en 1673 par l'Italien Bononcini)
REsonare fibris
MIra gestorum
FAmuli tuorum,
SOLve polluti
LAbii reatum
Sancte Iohannes (initiales SI)

Catherine Pomparat

 

 

Précédente exposition:

"On a pensé à toi" le 28/09/2013 Sous La Tente le rdv de christophe Massé

acin-masse

On a pensé à toi- William Acin chez Christophe Massé-

William ACIN-Sous La Tente 2013 chez Christophe Massé

Je vous invite à lire un petit texte de mon ami Christophe Massé, peintre et écrivain, chez qui je vous ai proposé de nous rencontrer le Samedi 28/09/13.

L'exposition présentée pour cette occasion s'intitulait "on a pensé à toi": un moment furtif étalé de 11h à 21h au 28 de la rue Bouquière à Bordeaux, en France.

Le lieu est un refuge pour l'art, il s'appelle Sous La Tente.

"On a pensé à toi" est plus qu'une anecdote du monde du travail. Vous verrez, nos signes.



Vous pouvez lire sur son blog ce texte intitulé William ACIN: Un peu à part tout de même!

sur:http://toffer.canalblog.com/archives/2013/09/14/27957803.html

 


 

2011 SousLaTente-ORNICAR.

Dans l'atelier dans l'atelier du peintre et écrivain Christophe Massé.Bordeaux.

Sous La Tente Bordeaux William Acin Christophe Massé

A propos... CHRISTOPHE MASSÉ  

Voici une station service désaffectée au bord de la route nationale à proximité de St Gein dans le département des Landes en Aquitaine. Deux Anges Oliver l'un de marque Renault et l'autre Toyota sont auréolés de papier crépon et agrémentent ce seul plan de la vidéo de manière ornementale et ostentatoire. La vidéo est constituée d'un sample dans lequel apparaît au centre de l'image un véhicule, toujours le même, qui à la manière des cartoons semble sortir de derrière un poteau.

 

J’applique le détournement du sens commun afin de provoquer chez le spectateur un regard critique et distancé sur sa vie quotidienne et sa conception du monde. J’utilise l’humour, l’ironie pour provoquer, instiller du désordre dans « notre » rapport aux objets et dans l’usage quotidien des signes, en explorant notamment la question de l’inquiétante étrangeté de l’ordinaire, afin de faire émerger chez le spectateur une réalité sensible.